“Art” de Yasmina Reza: De l’autre côté du tableau blanc

J’adore le  théâtre, d’ailleurs j’en refais en amateur (en hébreu) depuis un an, dans un petit centre communautaire de ma ville. J’ai aussi retrouvé le goût et la patience de voir des pièces même si, parfois, qu’à travers la lucarne Youtube. Continue reading

Advertisements

L’ élu: P’tite Ode a Mon Kindlele

Je t’ai attendu
si longtemps
les feuilles moisies
me rappellaient ton absence
je t’ai rêvé
plus de 20 ans
mais cet automne enfin Continue reading

Bougainvillier

Superbe poème. Israel est saturée de bougainvilliers aux rouges divers et chatoyants excactement comme dans la photo. J’aime particulièrement la dernière strophe qui rend parfaitement le sentiment d’éphémere que j’éprouve à la vue de cette plante au fil des saisons, courte pour l’automne-hivers, ici,très Wabi-Sabi. Merci
You can find the English version at http://unbuttonedorundone.wordpress.com/2013/05/24/bougainvillea-2/
Exemple de poème d’insipiration Wabi: Je traite du sujet dans un page de mon blog:
https://happyheuristics.wordpress.com/2013/05/24/wabi-sabi-leonard-koren-voir-la-vie-en-wabi-sabi/

unbuttoned or undone

Quand j’aurai trouvé les mots
Je les écrirai sur ces pétales de papier
Minces et pourtant solides, lisses mais veinées
De rêves et de mirages dorés.

Quand les mots se cachent et m’échappent
Je vois leurs couleurs dans les reflets
De passion, dans les pigments rouges
Extasiés, saturés, enflammés qui coulent
Et se mélangent sous un ciel d’alizées.

Quand les mots me trahissent et l’émoi
Déraisonné mais sensé reste muet,
J’entends la douce harmonie à trois voix
L’équilibre de son trèfle tremblant
Sous la chaleur et riant sous la pluie.

Quand les fleurs sont assurément épuisées
Dans le bonheur des caresses torrides
Et des baisers brulants du soleil d’été
Elles s’envolent en mille soupirs
De papillons sans mots pour mourir.

2013-05-23 08.18.24

View original post

Wabi-Sabi ( Léonard Koren): Voir la vie en Wabi-Sabi

Sauvegarder le Wabi-Sabi

Je ne saurais dire si Léonard Koren, un occidental, a saisit les nuances de l’esthétique japonnaise Wabi-Sabi, étant moi-même de culture occidentale. Cependant l’autorité et la passion qu’il met à en traiter, si elles ne sont pas gages de fidélité, en tous cas me parlent. Il semble tout de même y avoir un paradoxe à écrire un tel livre, quand on sait que le Zen est au coeur du Wabi-Sabi (ou est-ce le contraire?): un système de pensée, (une mystique?), un art de vivre plutôt réservé aux seuls initiés, mais surtout qui se défie de tout intellectualisme, donc de la mise par écrit de son enseignement. L’auteur qui n’ignore pas ce fait, néanmoins, justifie sa démarche par la sauvegarde écrite du patrimoine culturel, comme c’est souvent le cas lorsqu’une tradition ancienne est menacée. En effet, Koren veut préserver le Wabi-Sabi de l’exploitation erronée de ses concepts, qu’en font les occidentaux. D’autre part, Koren nous informe de l’ exploitation commerciale courante des produits Wabi-Sabi par le système Iemoto japonnais (p.16), système qui a tout à y gagner, en conservant au Wabi-Sabi son aura mystérieuse. Continue reading